Sélectionner une page

Les chiffres parlent d’eux-même : l’érosion côtière au Togo est un sujet de préoccupation. En 2017, la Banque Mondiale estime qu’elle a couté 310 millions de dollars et le Togo n’est pas le seul pays touché : Bénin, Côte d’Ivoire et Sénégal sont logés à la même enseigne.

Que faire contre l’érosion côtière ?

Le grignotage des côtes par l’océan dans le golfe de Guinée a de nombreux impacts sur les populations. Les solutions à mettre en place devront renforcer leur résilience face à cet aléa naturel. Le gouvernement a sélectionné 11 projets communautaires qui seront financés à hauteur de 1,2 milliard de FCFA pour minimiser l’impact de l’érosion. En particulier l’accent est mis sur la réhabilitation des infrastructures publiques touchées par l’érosion mais aussi sur la gestion des herbes à haute valeur écosystémiques et la gestion durable des terres.

Un convention a été signée début novembre 2019 entre le Ministère de l’Environnement et le Programme d’investissement dans la résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (WACA RESIP). Ce programme bénéficie du soutien de la Banque Mondiale et du Fonds pour l’Environnement Mondial.

Enfin, dernière initiative en oeuvre sur ce dossier et dans le cadre du WACA RESIP, 200 acteurs communautaires de la région maritime sont recrutés pour une session de formation aux pratiques innovantes de gestion durable des terres. Cela permettra entre autre, de faire face aux défis de l’érosion côtière mais aussi de la pollution marine et bien évidemment de leur impact (sinistres, santé, ressources…) sur les populations.