Sélectionner une page

Une économie verte peut être considérée comme une vision alternative du développement qui encourage et soutient tout ce qui peut générer de la croissance et des améliorations dans la vie des gens d’une manière compatible avec le développement durable. Une économie verte favorise un triple objectif : maintenir et améliorer le bien-être économique, environnemental et social de la population.

C’est quoi l’économie verte ?

Dans une récente évaluation mondiale, environ 60% des écosystèmes mondiaux se sont dégradés ou sont utilisés de manière non durable. L’écart entre les riches et les pauvres augmente également : entre 1990 et 2005, l’inégalité des revenus a augmenté dans plus des deux tiers des pays du monde.

La persistance de la pauvreté et de la dégradation de l’environnement peut être attribuée à une série de défaillances du marché et des institutions qui rendent le modèle économique en vigueur beaucoup moins efficace qu’il ne le serait autrement pour faire avancer les objectifs de développement durable. Ces défaillances du marché et des institutions sont bien connues des économistes, mais peu de progrès ont été accomplis pour y remédier.

Par ailleurs, il y a des marchés hors économie durable – ce qui signifie que ces marchés ne tiennent pas systématiquement compte de la valeur intrinsèque des ressources naturelles, comme le recyclage de l’eau ou la protection et le nettoyage des côtes. Une «économie de marché» non- durable ne peut à elle seule produire des biens publics, comme des réseaux électriques efficaces, l’assainissement ou les transports publics. Mais puisque la politique économique est souvent façonnée par ceux qui détiennent le pouvoir, l’engagement des chefs d’États reste le seul garant d’une poursuite des efforts pour une économie verte et durable.

L’économie verte, une locomotive du développement durable au Togo

En Afrique, le développement économique a pu améliorer les revenus de millions de personnes même s’il s’accompagne parfois de coûts sociaux, environnementaux et économiques importants et potentiellement irréversibles. La pauvreté persiste pour pas moins d’un tiers de la population et la richesse naturelle du continent est en train de s’épuiser.

La transition vers une économie verte a encore un long chemin à parcourir, mais plusieurs pays, comme le Togo par exemple, font preuve de leadership en adoptant des stratégies économiques nationales de «croissance verte». Et il existe de nombreux exemples de programmes réussis à grande échelle qui augmentent la croissance ou la productivité et le font de manière durable.

Grâce aux directives du président togolais Faure Gnassingbé, les communautés locales à travers le pays ont désormais le droit d’utiliser et de tirer parti des avantages de l’utilisation de la faune et d’autres ressources naturelles. Grâce à une incitation économique à gérer ces zones de manière durable, des centaines de milliers de Togolais vivant dans les zones rurales arrivent à avoir de la nourriture et des emplois et plus de la moitié de ces emplois sont occupés par des femmes. C’est le cas par exemple du Projet « Savon Aklala Akoto 100% naturel » dans la commune de Kpalimé. Une entreprise qui bénéficie à 27 femmes et qui prône la promotion une consommation et une production durables via l’amélioration des techniques de production du savon Aklala Akoto 100% naturel. Comme quoi économie et protection de l’environnement au Togo sont compatibles.