Sélectionner une page

Comme de nombreux pays d’Afrique, le Togo voit de nombreuses espèces animales disparaître progressivement de son territoire. Cela s’explique par plusieurs phénomènes majeurs. On peut citer notamment le réchauffement climatique et la déforestation grandissante dans l’Afrique de l’Ouest. Mais la disparition de certaines espèces est aussi la conséquence d’un braconnage intensif de plusieurs espèces animales en voie de disparition. Que ce soit pour leur peau, leur viande ou parfois leur fourrure, de nombreuses espèces sont en danger. Cependant, plusieurs pays africains mettent en place des dispositifs afin de préserver ces espèces, c’est notamment le cas du Togo.

Un atout géographie qui permet d’abriter de nombreuses espèces

Le Togo présente une géographie toute particulière qui laisse la possibilité à de nombreuses espèces animales de profiter d’un environnement adapté à leurs besoins. En effet, le Togo s’étire sur moins de 700 km, mais il possède pourtant différents climats très variés. Entre le climat tropical, le climat équatorial mais aussi la savane, la richesse de la faune et de la faune togolaise est remarquable.

Protection des animaux cause importante pour la république Togolaise

Une volonté du renforcement de la protection animale

Depuis plusieurs dizaines d’années, le Togo a pris conscience du danger que court les espèces telles que les primates ou les éléphants. En effet, alors que l’Afrique comptait entre 3 à 5 millions d’éléphants à l’aube du XXème siècle, on en comptabilise moins de 500 000 aujourd’hui. Les éléphants sont donc une espèce en danger d’extinction, et ce phénomène touche aussi le Togo. Ainsi, afin de protéger ces espèces, le gouvernement togolais et Son Excellence Monsieur Faure Gnassingbé, ont mis en place des réserves naturelles afin de protéger les espèces du braconnage tout en encourageant leur reproduction en toute sécurité. On compte plusieurs parcs naturels au Togo, qui couvrent une large partie du territoire, tels que le Parc de Fazao-Malfacassa ou encore le parc de Kéran.