Sélectionner une page

Etat des lieux de la cause environnementale en République togolaise

La République togolaise est un pays d’Afrique de l’Ouest qui possède une diversité environnementale incroyable : ressources halieutiques avec le seul port en eau profonde de la sous-région, biodiversité importante (faune et flore), réserves naturelles, écosystèmes variés, etc. Cependant, des dangers pèsent sur ces ressources naturelles. Par l’action du gouvernement et de Wonou David OLADOKOUN, le ministre de l’Environnement, du Développement durable et de la Protection de la nature, le pays met en place de nombreuses mesures pour lutter contre les menaces qui pèsent sur les ressources naturelles du Togo.

News

L’économie verte, clé de la prospérité au Togo

Une économie verte peut être considérée comme une vision alternative du développement qui encourage et soutient tout ce qui peut générer de la croissance et des améliorations dans la vie des gens d'une manière compatible avec le développement durable. Une économie...

L’Europe sous le charme du bio togolais

Selon les derniers chiffres européens, le Togo a devancé le Ghana et la Côte d’Ivoire pour devenir le premier exportateur ouest-africain de produits bio vers le Vieux Continent. Depuis plusieurs années, le pays a mis en place une stratégie ambitieuse pour développer...

Les ressources naturelles de la République togolaise.

D’une superficie de 56 785 km², la République togolaise est un des plus petits pays d’Afrique. Pourtant, ses richesses naturelles sont grandes et ses écosystèmes sont divers : côte de sable, collines, vallées verdoyantes, petites montagnes, plaines arides et grandes savanes.
Grâce au port autonome de Lomé, qui est le seul port en eau profonde de la sous-région, le Togo dispose aussi de ressources halieutiques importantes.

Le Togo possède aussi de nombreux parcs et réserves naturelles qui sont autant d’aires protégées. Parmi les plus importantes, il y a le parc National Fazao-Malfakassa, la réserve de faune d’Aledjo, la réserve de faune du Sarakawa, la réserve de l’Oti et le parc national de la Kéran, la réserve de Mandouri et la fosse de Dung. Certaines de ces aires protégées sont localisées dans une région précise alors que d’autres sont à cheval entre deux régions. Disposant de richesses naturelles importantes, le Togo est un état faisant partie de la Convention sur la Protection du Patrimoine mondial, culturel et naturel.

Enfin, la biodiversité en République togolaise représente aussi une richesse importante pour le pays. Par exemple, au niveau de la flore, on dénombre 3491 espèces terrestres et 261 espèces aquatiques. Une seule espèce (Phyllanthus rouxii (Euphorbiaceae)) est endémique du Togo. Plusieurs espèces sont d’ailleurs menacées d’extinction. Ensuite, en ce qui concerne la faune, on recense 3476 espèces animales dont 2312 espèces terrestres, 1146 aquatiques et 18 espèces terrestres domestiques.Trois espèces d’amphibiens sont endémiques du pays. On constate aussi que quatre espèces de tortues marines migratrices viennent pondre sur les plages togolaises et s’alimenter dans les eaux togolaises. En plus, les eaux marines du pays accueillent des mammifères marins comme des dauphins et des baleines. Egalement, les plans d’eau répartis sur le territoire abritent des crocodiles, des hippopotames et des lamantins qui sont des espèces protégées. Enfin, le parc National Fazao-Malfakassa est le territoire de nombreux éléphants de grande taille qui sont menacés par le trafic de l’ivoire.

Les dangers qui pèsent sur ces ressources

Depuis, les troubles sociaux et politiques des années 1990, les aires protégées du Togo font face à différentes menaces comme la surexploitation des ressources naturelles, la déforestation, l’agriculture mais aussi la construction de hameaux d’habitation dans les aires protégées.
Tout comme ses voisins africains, le Togo fait face au problème de la déforestation. Pour l’environnement, ce phénomène a un double impact : la destruction d’écosystème entier, donc d’espèces animales et végétales, et l’émission de 7 à 12% de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. La déforestation est due à l’agriculture qui cherche à gagner de nouvelles terres arables, au besoin en bois de chauffage et à la fabrication de charbon de bois.
Les éléphants et les hippopotames sont en voie de disparition au Togo à cause du commerce de l’ivoire, malgré les efforts du gouvernement.
Enfin, le Togo fait aussi face à la pollution aux déchets plastiques déversés dans l’océan Atlantique. Ce phénomène inquiète d’ailleurs les habitants situés aux abords du port de Lomé. Nocif pour les humains, cette pollution menace aussi les ressources halieutiques du pays. Mais cette pollution plastique touche aussi les villes.

Les initiative environnementales du gouvernement

Pour protéger les réserves naturelles du Togo, un plan de réhabilitation et de gestion participative a été mis en place depuis les années 1999. Nommé « projet de renforcement du rôle de conservation du système national des aires protégées au Togo (PRAPT) », ce plan a permis, après 7 ans de mise en œuvre de sensibiliser les populations et les acteurs locaux sur l’importance de la sauvegarde de ces aires protégées.
Pour faire face à la déforestation, le gouvernement togolais, dans le cadre de l’initiative AFR100, a pour objectif de restaurer 1,4 million d’hectares de paysages et terres dégradés d’ici 2030. Le gouvernement de la République togolaise et la Banque Mondiale se sont engagés à mettre en place une stratégie à l’échelle nationale pour permettre à la forêt de jouer son rôle socio-économique et écologique.
Pour lutter contre le trafic de l’ivoire et empêcher la disparition des éléphants et des hippopotames, le Togo a adopté un code forestier et a accentué les saisies de l’or blanc venant d’autres pays. La République togolaise a d’ailleurs organisé une grande rencontre entre 17 pays africains en 2008 pour unir leur force dans la lutte donc le braconnage. La protection des éléphants est une priorité pour le gouvernement, car ces pachydermes sont les laboureurs et les semeurs de la végétation africaine, sans parler du fait qu’ils attirent les touristes.
Pour faire face à la pollution aux déchets plastiques dans les villes, le gouvernement togolais a déployé, il y a quelques années, l’opération « Togo propre ». Dans tout le pays, des campagnes de sensibilisation sont aussi entreprises pour réaffirmer l’importance de
recycler les déchets plastiques, notamment auprès des enfants. Des opérations de nettoyage sont aussi mises en place pour débarrasser les villes et les plages des déchets plastiques.
La République du Togo est donc un pays qui déborde de richesses naturelles. Cependant, ces dernières sont menacées par l’activité humaine, le changement climatique et la pollution. Le gouvernement met donc activement en place des mesures de protection pour lutter donc la déforestation, la pollution et les pressions qui pèsent sur la biodiversité.

Contact